Fizahan-teny

Ohabolana : tafika

Ohabolana An-koatra ny bonga toa hisy tafika, vilany misarona toa misy hena ary ny ahiahy tsy ihavanana. [Rinara 1974]
Ankoatry ny bonga toa hisy tafika; fandrahoan-kena mirakotra toa misy hena ; ary ny ahiahy tsy ihavanana. [Cousins 1885 #241]

Ohabolana Aza manao tafika aloha ka alalana no aoriana. [Veyrières 1913 #413]
Dikanteny frantsay Si vous voulez éviter la guerre ne faites pas passer le combat avant le parlementaire. [Veyrières 1913 #413]
Fanazavana frantsay Proverbe analogue au français : mettre la charrue avant les boeufs. [Veyrières 1913]

Ohabolana Fehy tafik' Andrianalinalina : tsy basy mipoaka, tsy ra mandriaka, ka fatin' olona koa eran-tany. [Veyrières 1913 #418]
Dikanteny frantsay Conduire l' armée à la manière d' Andrianalinalina : les fusils ne partent pas, le sang ne coule pas, et cependant la terre est jonchée de cadavres. [Veyrières 1913 #418]
Fanazavana frantsay Le chef Andrianalinalina administrait le tanguin à ses soldats qui mouraient empoisonnés. Se disait des chefs qui traitaient mal leurs soldats. [Veyrières 1913 #418]

Ohabolana Hadivorin' Andrianentoarivo : marivo loatra, afaka ny fahavalo, lalin-doatra fandriky ny tena. [Rinara 1974]
Hadivorin’ Andrianentoarivo: marivo loatra, afaky ny tafika; lalin-doatra, fandriky ny tena. [Cousins 1885 #1001]
Hadivorin' Andriantoarivo: marivo loatra, afaky ny tafika; lalin-doatra, fandriky ny tena. [Houlder 1895]
Dikanteny frantsay Pareil au fossé circulaire d' Andriantoarivo: trop peu profond, les ennemis peuvent le traverser; trop profond, c' est un piège pour lui-même. [Houlder 1895]

Ohabolana Ny an-tsatro-mena no mitarika ny tafika, fa ny an-jabo no fototry ny ady. [Rinara 1974 #2899, Cousins 1885 #2175]

Ohabolana Tafika efa nidika, ka tsy azo ajanona. [Cousins 1885 #2950, Nicol 1935 #170]
Tafika efa nidika, ka tsy azo ajanona intsony. [Rinara 1974 #3964, Houlder 1895]
Tafika efa nifehy, ody efa nidika : tsy miverin--dalana intsony. [Veyrières 1913 #453]
Dikanteny frantsay Armée qui a passé le fleuve : plus moyen de s’arrêter. [Nicol 1935 #170]
Une armée entrée en campagne, un talisman qui produit son effet : impossible de revenir en arrière. [Veyrières 1913 #453]
Une armée qui s' est mise en marche, ne peut plus être arrêtée. [Veyrières 1913 #452]
Une fois qu' une expédition est en route, on ne peut plus l' arrêter. [Houlder 1895]
Fanazavana frantsay Il faut terminer ce qui est commencé. [Veyrières 1913 #453]
Se disait de toute affaire commencée et qu' il faut terminer. [Veyrières 1913 #452]

Ohabolana Tafik' i Brady : avela andrao mahazo babo ny vahoaka, ampan-dehanina andrao maty. [Veyrières 1913 #455]
Tari-tafik' i Brady : handroso, ndrao matin' ny azy ; tsy handroso, ndrao mahazo babo. [Veyrières 1913]
Dikanteny frantsay Brady conduisant son armée : s' il avance, peut-être que ce sera la mort ; s' il n' avance pas, peut-être qu'il perd l' occasion de faire du butin. [Veyrières 1913 #458]
L' armée de Brady : on ignore si elle fera du butin ou si elle trouvera la mort. [Veyrières 1913 #455]
Fanazavana frantsay Cette armée n' a pas encore fait ses preuves : sous Radama I le sergent anglais Brady organisa l' armée ; ce proverbe se disait en général de ceux qui hésitent, faute de courage. [Veyrières 1913 #455]

Ohabolana Tari-tafi-dRainigory : ny sisa tsy maty dia sisan-katina. [Veyrières 1913 #459]
Tari-tafi-dRainingory: ny sisa tsy maty dia dridralahy. [Cousins 1885]
Tari-tafi-dRainingory: ny sisa tsy maty dia sisan-katina. [Cousins 1885]
Dikanteny frantsay Expédition conduite par Rainigory : ceux qui ne sont pas morts reviennent galeux. [Veyrières 1913 #459]
Fanazavana frantsay Se disait pour se moquer du général ; les soldats de Rainigory avaient rapporté la gale de leur expédition à la côte. [Veyrières 1913 #459]

Fizahan-teny