voay




  Teny nalaina : voay

1857Pfeiffer Ida : Voyage à Madagascar
1857/05/28
takila 111
Nous gravîmes le plateau d'Ankay, où nous trouvâmes d'assez bonnes routes. Aussi notre voyage se fit-il très-rapidement; mais nous perdîmes beaucoup de temps à passer la rivière Mangor. Il n'y avait pour le passage que quelques troncs d'arbres creux, dont chacun pouvait à peine contenir trois ou quatre personnes. Il fallut donc plusieurs heures pour faire passer notre nombreuse suite et tous nos bagages. Les rivières que j'ai vues jusqu'ici à Madagascar, y compris le Mangor, sont parfois très-larges mais n'ont pas de profondeur... Les eaux sont très-peuplées, mais malheureusement moins de poissons que de caïmans.

1897Lentonnet (Lieutenant-Colonel) : Carnet de campagne du Lt-Colonel Lentonnet
1895/05/03
takila 35
Les curieux sont assez nombreux au bord du fleuve, où ils assistent au débarquement des boutres et aux ébats des caïmans, dont quelques-uns dépassent deux mètres de longueur.
1895/05/19
takila 46
Nous parcourons environ neuf kilomètres et nous établissons notre camp à peu de distance de la Betsiboka... Sur la berge du fleuve dorment de grands et nombreux caïmans.
1895/05/20
takila 47
À peu de distance de moi, étendus comme de paresseux lézards, dormaient de gros caïmans. Ils n'ont pas l'air agressif. Le bruit que j'ai fait en m'installant a troublé leur quiétude. Ils se levèrent sur les pattes de devant, explorèrent le terrain, puis reprirent leur place.
1895/05/25
takila 51
La rivière Kamoro coule en avant du camp; de même que tous les cours d'eau de la région, elle est peuplée de caïmans.

Callet François (s.j.) : Tantara ny Andriana